La fille au Tär

 SOUSCRIPTION

    
   Madame, Monsieur,
Nous avons le plaisir de vous annoncer l’édition du livre : 

 « La fille au Târ »

de Sylvie Robin
 
Descriptif de l’ouvrage :

Un livre de : 180 pages environ - 15 photos, peintures, 
Format : 14,5 cm x 22 cm ( à la Française ) - Façonnage : Dos carré collé
couverture souple 300g.


Le prix du livre est fixé à 25.00€, plus les frais de port 4.50€, soit au total 29.50€.
Pour les États-Unis  et le reste du monde les frais de port sont de 10.00€, soit prix du livre : 35€.

Pour la France vous pouvez le commander, sur le site : www.tracetavie.com
Pour les États-Unis et le reste du monde, demandez un RIB/IBAN à l’éditeur, pour faire un virement.

Ou envoyer un chèque à l’ordre de l’éditeur à l’adresse suivante :

Éditions Jean-Jacques Wuillaume, lieu dit : Pichou, 429 route de Vigerie
24130 Monfaucon - France

La livraison de votre livre se fera durant le mois de novembre 2017.
Merci de bien préciser l’adresse de livraison.
Pour tout renseignement complémentaire appelez le 06 70 37 23 91
ou contactez nous par mail : wuillaume.jeanjacques@gmail.com
Cordialement

L'auteure :
Sylvie Robin Bousquet

Animatrice socioculturelle, a créé et animé la ludothèque du CHU de Montpellier pendant dix-sept ans.
Cette histoire évoque pour elle son propre chemin initiatique, celui pris en 1986, lors de réalisation de cet espace ludique. L’écrit vient compléter un parcours professionnel fondé sur l’accueil, l’éducation et l’écoute auprès des enfants malades et de leur famille. Une initiative quittée, par la force des choses, en 2003 alors que la structure était encore adolescente.
L’auteure qui a  réalisé le scénario de deux films vidéo de moyen-métrage, dont l’un avec les enfants hospitalisés et une équipe pluridisciplinaire de jeunes artistes (aventure fiction intitulée : « Aristone et Boulou sur la planète Hospitchoun »), signe ici son premier roman pour adolescents et jeunes adultes. 
Son master en « Éducation à la Santé », lui fut une clé d’accès à la remarquable médecine de la Perse islamisée du Moyen Âge, dont le rayonnement s’étendait jusqu’en Occident. Le résultat de ses recherches illustre, pour une part, le propos de la Fille au Târ.

Le livre :
Notes de l'auteure
Il était une fois… La Fille au Târ.

La perspective d’un séjour en Iran, voyage qui me fit rêver longtemps, l’écriture la réalisa. Une illustration éponyme de l’artiste peintre Patricia Dottini, en révéla l’héroïne.
C’est un récit d’aventures, un parcours initiatique dans lequel deux jeunes gens instruits s’interrogent sur leur avenir et leur devenir dans un pays, la Perse du XIIIe siècle, bouleversée par les guerres de conquêtes mongoles. Dans cette narration, si les personnages sont fictifs, les lieux, les sites, les poèmes, les citations et les thèses mentionnés ainsi que les monuments existent réellement à l’exception du mausolée d’Ali. À la description des marchés et des souks, s’ajoute un méli-mélo de mes impressions, souvenirs et émotions : Tunis, Amman, Le Caire, Marrakech, Istanbul.

Bien réel est également l’itinéraire que vont parcourir les protagonistes. J’ai émaillé volontairement les dialogues de ce roman, d’archaïsmes et de mots usuels iraniens qui l’imprègnent d’une époque, d’un pays avec la satisfaction d’utiliser des expressions ayant trait à la religion, comme: « Allah nous protège ! » ou « au nom d’Allah ! ». En France et généralement en Occident on a utilisé depuis le Moyen Âge jusqu’à la séparation de l’Église et de l’État des expressions tombées de nos jours en désuétude telles que : « Dieu vous garde ! », « par tous les Saints ! ». Aujourd’hui, nos discours se sont enrichis de mots comme : laïcité, équité, parité, mais aussi amalgame qui est d’origine arabe. Ces mots et ces vocables donnent de la signification, du relief à chaque époque et permettent de nous situer dans le temps historique.

Faire « rêver », l’imaginaire fut un authentique plaisir. Comme le disait le philosophe Alain : « il faut que la pensée voyage et contemple pour que le corps soit bien ». Je souhaite que le lecteur puisse voyager et imaginer à son tour.
Les adolescents auront-ils la curiosité de lire les notes de bas de pages, exercice qui peut leur être profitable ? Puisse la lecture de ce roman provoquer en eux la motivation d’aller plus loin dans la découverte.
Tirer notre belle jeunesse vers le haut, susciter chez les adolescents le goût et l’intérêt pour les civilisations passées afin de nourrir leur questionnement sur les enjeux actuels, semble aujourd’hui plus que nécessaire. Les habituer à chercher et à découvrir par eux-mêmes, n’est-il pas de notre responsabilité d’adulte ? Ce proverbe chinois de Confucius illustre bien le sens donné à ce propos :

« Donner du poisson à celui qui à faim c’est bien, lui apprendre à pêcher c’est mieux ! ».

Sylvie ROBIN

Notes de l'éditeur :
Je viens de découvrir avec le roman de Sylvie Robin : « La fille au Târ », une merveille de littérature, une fleur du désert.  J’ai lu ce livre avec bonheur, impossible de le lâcher. Je suis rentré tout de suite dans l’histoire, ces noms exotiques, ces descriptions, m’ont fait rêver, et m’ont rappelé mes voyages d’il y a une trentaine d’années en Indonésie, en Jordanie, avant les guerres dans les pays musulmans. En Indonésie, un jeune musulman, me passait le bras autour du cou, et nous nous promenions comme cela dans la rue, j’étais un peu choqué, n’ayant pas l’habitude de cela en France. C’était pour lui sa manière d’accueillir un étranger dans sa ville, de montrer son respect, et son amour  pour les humains.
Ce roman « La fille au Târ », nous prend par la main et nous guide dans cette grande culture, berceau de civilisations remarquables, j’y ai retrouvé toute la sagesse, l’érudition  et l’intelligence des peuples de cette région de Perse (l’Iran actuel). Cette histoire paisible ayant comme fil conducteur le voyage initiatique, sans doute. Un parcours parsemé de très belles descriptions de paysages, où la poésie du texte nous transporte, chemin émaillé de prières, comme savent les faire les musulmans, dans le recueillement et le respect.  C’est vrai que cela peut être instructif pour une part des adolescents qui ne connaissent que ce qu’ils entendent et voient dans les médias.

Jean-Jacques Wuillaume

Extrait du livre :  Si vous le souhaitez, vous pouvez donner votre avis en lisant cet extrait du livre, merci. Le mail : wuillaume.jeanjacques@gmail.com 
Souscription 29,50€ TTC